Bilan de l'action en Roumanie avec les tsiganes de Céuas

Le jeudi 19 décembre 2002, Véronique et Virginie sont allées rencontrer les élèves du collège de Trèbes (à côté de Carcassonne) afin de pouvoir rendre compte de la mission de juin 2002 en Roumanie auprès des tsiganes de Céuas.

Véronique a pu faire part de ses actions sur place, telles que la construction d'un puits, mais aussi la réhabilitation d'un second, de l'améliorations des voiries pour que les enfants puissent aller à l'école sans être plein de boue, l'amélioration des canalisations avec la construction d'un pont pour passer en charrette dans une partie de la communauté jusque là inaccessible, la construction de sanitaires et enfin l'achat d'un terrain en guise de scène pour les festivals et d'aire de jeux pour les enfants non-scolarisés.

Les collégiens ont été très touchés par ces enfants tsiganes qui ne peuvent pas se rendre à l'école librement et ont été très attentifs en regardant les panneaux photo. Nous leur avons aussi remis un panneau de dessins réalisé par les enfants tsiganes et destiné aux collégiens en guise de remerciement du loto qu'ils ont organisés avec leurs professeurs en 2002 afin de soutenir l'action de Ponto Inter Populo dans son projet avec l'association roumaine Nadara.

Les élèves et leurs professeurs souhaiteraient rencontrer les petits danseurs de la troupe de Céuas au printemps dans les arènes de Trèbes pour que les échanges se fassent directement entre les enfants.

Les membres du bureau de Ponto Inter Populo ont aussi fait part à la classe de l'arrivée depuis quelques temps de Roms à Carcassonne; des enfants et des adultes dans des camps insalubres où la pluie, le froid et les mauvaises conditions d'habitation, d'hygiène et de vie subsistent. Alors pour ce début d'année 2003, il a été proposé de récolter des jouets pour les apporter dans ces camps non loin de chez nous.

Rapport du projet 2003

Nous avons exposé aux élèves le prochain projet de l'association pour 2003: un partenariat avec l'association "Rancho Dulce" au Guatemala. Le projet a un triple objectif:

Construction d'un puits, l'eau dans cette région est non-potable et engendre des maladies graves.

Une action de prévention pour l'amélioration de l'hygiène et de la santé.

Organiser des échanges entre les enfants guatémaltèques et français.

Les collégiens se sont encore une fois sentis concernés par notre future démarche et se sont proposés de faire un échange de courriers Internet, de cassettes audio et pourquoi pas de vidéos selon les moyens de visionnage sur place et de dessins avec les enfants guatémaltèques.

Questions des élèves concernant l'association.

Comment choisissez-vous les pays pour les différents partenariats ?

Notre association n'a pas de limites géographiques. De part la diversité des personnalités des membres du bureau, les choix sont assez divergents. Celui ou celle qui désire se déplacer dans un pays nous annonce son projet et cherche un partenariat sur place si des besoins primordiaux y ont été analysés. Ainsi, tout le monde s'exécute, chacun dans son rôle respectif dans l'association, pour rédiger un projet et toucher un maximum de personnes intéressées par un partenariat humain (pour se rendre sur place avec l'initiateur du projet) ou financier (comme vous lors du loto que vous avez organisé pour Ponto Inter Populo et qui nous a permis de mettre en place notre action pour les tsiganes).

Combien de langues parlez-vous ?

En général nous comprenons tous l'anglais et l'espagnol étudiés à l'école. Mais le fait de se rendre dans un pays nous perfectionne dans l'une ou l'autre de ces langues et nous permet même d'apprendre l'argot du lieu où l'on se trouve. Étant donné que nous passons tout notre temps dans le milieu où nous nous trouvons, on est obligé de s'adapter pour communiquer, ce qui est très enrichissant lorsque l'on découvre une nouvelle langue, donc une nouvelle culture avec ses traditions et tout ce que cela implique.

Êtes-vous rémunérés ?

Nous sommes une association de la loi 1901 à but non-lucratif. Nous sommes tous de bénévoles qui cherchent à connaître l'autre avec tolérance et à apprécier ses différences de part sa culture, son rythme de vie, ses croyances et sa philosophie de la vie.

Exercez-vous une profession en plus de celle-là ?

La présidente confectionne des bijoux; la trésorière est monitrice-éducatrice; la secrétaire est mère au foyer; d'autres sont fonctionnaires et d'autres travaillent dans le social. L'association n'est pas un travail mais cela y ressemble effectivement, surtout quand on souhaite faire les choses avec précision et sérieux. L'association est plus une passion qu'un devoir.

Pourquoi ne faites-vous pas comme la Croix Rouge qui part avec des vêtements, des médicaments et des jouets ?

Parce que la Croix Rouge est un organisme d'État et a donc beaucoup d'aides financières notamment pour le transport humanitaire. Elle sait aussi évaluer la quantité possible à amener sur place afin que toute une population choisie y trouve son compte.

 
 

Haut de page

 

                       

 
 

Ponto Inter Populo - Association Humanitaire - Loi 1901 à but non lucratif - N° 0111009057 - JO du 17/10/98